Communiqué de presse

Des saints des derniers jours trouvent de l’espoir et apportent leur aide lors des inondations en Colombie-Britannique

Lorsque Maria-Elena et George Stancliffe, des membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, se sont rendus à Kamloops, en Colombie-Britannique, avec leur fille Susana Balbontin pour passer un week-end chez des amis, ils ne se doutaient pas qu’ils se retrouveraient dans la nécessité de chercher un refuge au milieu d’une catastrophe naturelle. Alors que la famille tentait de rentrer chez elle à Vancouver, elle a été surprise par les fortes pluies qui ont causé des inondations et des glissements de terrain importants en Colombie-Britannique en novembre 2021.

La famille s’est rendue jusqu’à Merritt avant que les inondations n’entraînent la fermeture de l’autoroute transcanadienne. Ils se sont alors dirigés vers le sud pour suivre un autre trajet pour rentrer chez eux, mais une fois à Princeton, ils se sont aperçus que la voie était aussi fermée. Ils ont donc décidé de s’engager sur des routes secondaires pour regagner leur domicile, ce qui les a menés à Hope. Une fois dans cette localité, ils ont appris que toutes les routes en direction de Vancouver étaient devenues dangereuses et avaient été fermées à la circulation. N’ayant nulle part où passer la nuit, la famille a dormi dans la voiture.

Plus de 1 000 personnes ont été déplacées en raison de la catastrophe naturelle et, comme les Stancliffe, ont été immobilisées à Hope. Les résidents de l’endroit ont fait preuve de générosité et de bonté. Des pompiers ont frappé à la fenêtre de la voiture des Stancliffe pour les informer qu’ils pouvaient s’abriter dans l’école secondaire de la ville. La famille s’est donc retrouvée en compagnie des quelque 700 personnes qui y avaient aussi trouvé temporairement refuge.

Lors de leur deuxième journée à Hope, alors qu’ils étaient sortis acheter des produits de première nécessité, les Stancliffe ont remarqué de nombreux véhicules garés devant l’église Grace Baptist. Ils se sont arrêtés pour voir ce qui se passait et ont été chaleureusement accueillis par Jeff Kuhn, le pasteur, et son épouse. Les Stancliffe ont été nourris et le pasteur leur a trouvé un endroit où passer la nuit. Reconnaissants de cet acte de gentillesse, ils sont revenus à l’église le lendemain matin pour offrir leur aide.

Maria-Elena a expliqué que, dans les moments où les gens ont tout perdu, « il est important d’aider et de partager ce que nous avons avec les autres ». Même éloignés de chez eux et avec peu de ressources personnelles, les Stancliffe ont essayé d’apporter leur aide en servant leurs semblables à l’église Grace Baptist. Des personnes âgées, des mères et des hommes étaient si stressés et inquiets qu’ils avaient des douleurs au dos. Beaucoup avaient mal au cou parce qu’ils dormaient dans leur voiture, sur des chaises ou sur le sol. Maria-Elena s’est donc portée volontaire pour leur donner des massages.

George s’est rendu dans une librairie d’occasion et a acheté une pile de livres pour distraire les gens à l'église. Il a aussi offert d’enseigner la lecture rapide à des groupes de jeunes. Maria-Elena a remarqué qu’en servant ils ont appris à « être joyeux et à aider les autres à se sentir plus en sécurité ».

L’ambiance du refuge a changé à mesure que les gens s’entraidaient et exprimaient leur reconnaissance envers la gentillesse de purs étrangers. Maria-Elena a dit que, pendant les quelques jours passés à Hope, toutes ces personnes « sont devenues comme une grande famille. Toutes [s'efforçaient] d'être patientes et amicales ».

Maria-Elena a finalement demandé au pasteur la permission de s’adresser à tous ceux qui avaient trouvé refuge dans l’église. « J’ai dit aux gens dans le gymnase : "N’êtes-vous pas reconnaissants d’être en vie et en bonne santé? Nous avons un abri, de l’eau, de la nourriture et des toilettes, et nous sommes si bien dans cette église." Les gens se sont mis à applaudir. Puis je leur ai dit de remercier le pasteur Kuhn de nous avoir accueillis dans son église et de nous avoir trouvé un endroit où dormir grâce à ses merveilleux bénévoles qui ont travaillé d’innombrables heures pour nous aider de tant de façons. Tout le monde était d’accord et a applaudi de nouveau », a-t-elle relaté.

L’une des leçons les plus importantes que les Stancliffe ont apprises est que, en cas d’urgence, il n’est pas nécessaire d’être sollicités pour trouver des moyens d’aider ses semblables. Maria-Elena a souligné qu’« il est possible de servir avec enthousiasme en toutes circonstances. Pendant cette catastrophe, nous avons certainement pris davantage conscience de la nécessité d’être reconnaissants ».

Russell M. Nelson, le président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, a déclaré : « Exprimer notre reconnaissance ne nous épargnera peut-être pas la peine, la colère ou la douleur, mais elle nous aidera à regarder vers l’avenir avec espoir » (« Le pouvoir guérisseur de la reconnaissance », novembre 2020).

Des bénévoles saints des derniers jours ont pris part aux travaux de nettoyage qui ont commencé au début de décembre en Colombie-Britannique. Plus de 500 bénévoles ont donné plus de 3 500 heures de service dans les collectivités touchées par les inondations.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et les Mains serviables de la vallée du bas Fraser ont fait don de tous les outils et du matériel de nettoyage. Elles se sont jointes à des organisations comme la Samaritan’s Purse, la Croix-Rouge canadienne, la Ville d’Abbotsford, l’Église Yarrow Mennonite Brethren, l’Église de Scientologie, et The Rubicon Group.

Kim Aippersbach, la présidente de la Société de Secours du pieu de Vancouver (Colombie-Britannique) qui a supervisé des équipes de bénévoles, a déclaré : « Même si le travail est salissant et que nous sommes couverts de boue, il est inspirant de faire partie d’une cohorte de bénévoles, conduisant tous le long d’une route qui avait été inondée, quelques voitures s’arrêtant devant chaque maison et les bénévoles s’entassant, enfilant des combinaisons de protection, pelles en mains et prêts à entreprendre la tâche difficile et complexe de vider les maisons des objets personnels endommagés afin que les propriétaires puissent commencer à reconstruire leur vie. »

Le travail des bénévoles consistait notamment à désencombrer les sous-sols, à sortir les débris, à déblayer les glissements de terrain, à récupérer des effets personnels, à nettoyer pour permettre aux propriétaires de réintégrer leur domicile, à travailler au centre d’appels, à décharger des camions, à assembler et à aménager le centre de commandement et à coordonner le tout avec les autres groupes de service.

Le président du pieu de Vancouver (Colombie-Britannique), McKinley Bateman, a dit : « Abbotsford et les collectivités environnantes ont subi d’immenses pertes. Elles entament la phase de rétablissement […] et nous sommes là pour les aider. Ensemble, nous allons ramasser, nettoyer et nous élever les uns les autres dans ce processus. C’est ce que ferait Jésus-Christ. »

Elder Jeffrey R. Holland, a fait un jour cette remarque au sujet de l’œuvre humanitaire de l’Église : « Les prières sont exaucées […] la plupart du temps […] par Dieu faisant appel à d’autres personnes. Je prie qu’il fasse appel à nous. Je prie pour que nous soyons la réponse aux prières des gens » (« La réanimation néonatale avec Elder Holland », 10 novembre 2011).

Maria-Elena et George Stancliffe sont revenus dans la vallée du bas Fraser le samedi 18 décembre. Ils étaient reconnaissants d’avoir l’occasion de redonner. « C’était merveilleux de voir tant de bénévoles aider des gens qui ont presque tout perdu », a conclu Maria-Elena.

---------------------------------

Maria-Elena Stancliffe a fait part de quelques conseils de préparation aux situations d’urgence que sa famille a appris au cours de son expérience :

  1. Vérifiez les conditions météorologiques avant de prendre la route.
  2. Munissez-vous d’un chargeur portatif pour téléphones. Si vous êtes bloqués ou piégés par un glissement de terrain, vous devrez communiquer avec les sauveteurs et votre famille pour leur faire savoir où vous êtes et comment vous allez. La première nuit à Hope, toute la ville était privée d’électricité, de magasins, de stations-service, de guichets automatiques bancaires, etc. La charge de nos trois téléphones diminuait et nous n’avions aucun moyen de les recharger.
  3. Ayez toujours un peu d’argent liquide sur vous. Lorsque le courant a été rétabli après deux jours, les magasins n’acceptaient que l’argent comptant, et tous les guichets automatiques étaient en panne.
  4. Entreposez une lampe de poche dans votre trousse d’urgence pour voiture. De nombreuses personnes ont dû laisser leur véhicule le long de l’autoroute lorsqu’elles ont été secourues. Beaucoup ont dû marcher jusqu’à Hope dans l’obscurité.
  5. Portez des vêtements chauds, de bonnes bottes et des chaussettes chaudes. Passer la nuit dans une camionnette n’était pas un problème, mais vous aurez de la difficulté à dormir si vous avez froid aux pieds et que vous portez des chaussettes d’été.
  6. Conservez de la nourriture d’urgence dans votre véhicule. Il nous a été difficile de trouver de la nourriture les deux premiers jours. Nous avions heureusement quelques pommes et des barres granola. Lorsque nous avons trouvé un refuge, nous avons pu obtenir de l’eau et des collations. Il a fallu quelques jours pour que la ville commence à recevoir des dons pour nourrir les quelque mille personnes qui y étaient bloquées.
  7. Entreposez des bidons d’essence dans votre voiture. La panique a gagné les gens quand ils ont su qu’il y avait de l’essence seulement jusqu’au week-end. Nous avons pu obtenir deux bidons d’essence de cinq litres chacun pour notre voiture.
  8. Ayez des lingettes en votre possession. Elles sont utiles lorsque vous ne pouvez prendre de douches pendant quelques jours ou quand vous devez utiliser les toilettes.
  9. Laissez des ponchos imperméables dans votre trousse d’urgence. Je portais une veste de coton qui s’est imbibée d’eau quand nous avons marché sous la pluie.
  10. Équipez-vous d’une radio à piles. Si votre véhicule est en panne, vous aurez besoin d’être informés de ce qui se passe. Notre radio d’auto ne fonctionnait pas et nous n’avons pu être renseignés sur l’état des routes.
  11. Apportez une carte sur laquelle figurent les routes secondaires afin de ne pas vous égarer si votre téléphone ne fonctionne pas.
  12. Ne voyagez pas seul si vous êtes âgé. À l’église Grace Baptist, nous avons rencontré un homme âgé diabétique qui voyageait seul et qui s’est retrouvé coincé entre deux glissements de terrain sur l’autoroute. Il n’avait pas de nourriture et il a fallu 24 heures avant qu’il soit secouru. Des gens lui ont donné de la nourriture afin de lui éviter un coma diabétique.
  13. Procurez-vous des médicaments et des vitamines supplémentaires. Beaucoup de personnes n’avaient pas ce dont elles avaient besoin.
  14. Emportez des livres. Il n’y a ni électricité ni médias sociaux – il n’y a rien à faire!
  15. Si vous avez des enfants, apportez des jeux pour les divertir.
  16. Munissez-vous d’un calepin et d’un crayon. C’est le moment idéal pour documenter ce dont vous êtes témoin et pour noter ce dont vous êtes reconnaissant.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.