Communiqué de presse

Sœur Eubank encourage les femmes à devenir des citoyennes du monde

La dirigeante de l’Église était sur le campus de l’université d’Utah Valley

Sœur Sharon Eubank, de la présidence générale de la Société de Secours de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, invite les femmes à devenir des citoyennes du monde.

« J’aime ce sujet parce que nous parlons de devenir des citoyennes du monde. Et j’espère que chacune d’entre nous quittera cette conférence en pensant à quelque chose qui lui tient vraiment à cœur et qu’elle mettra en pratique », a dit Sœur Eubank.

 

« Je détiens une position très intéressante en tant que dirigeante de deux organisations mondiales », a déclaré Sœur Eubank. « Nous avons maintenant 7,5 millions de membres [de la Société de Secours] dans 162 pays et je réfléchis au leadership qu’elles fournissent dans 33 000 assemblées. »

La dirigeante de l’Église, qui est aussi présidente de Latter-day Saint Charities, s’est adressée à un groupe de femmes sur la condition des femmes dans le monde. Elle a pris part à la conférence organisée sur le campus de l’université d’Utah Valley à Orem, en Utah, le mercredi soir 19 février 2020.

« Nous travaillons dans 189 pays. Chaque année, nous réalisons plus de 2 000 projets. Nous travaillons en partenariat avec des organisations de toutes tailles, des Nations Unies jusqu’aux associations de sages-femmes », a dit Sœur Eubank.

Elle s’est jointe à Valerie M. Hudson, professeure émérite à la Bush School of Government and Public Service de la Texas A&M University pour une conférence dans le cadre de la série d’allocutions et de discussions des femmes dirigeantes d’Utah, intitulée « La situation des femmes dans le monde ».

Sœur Eubank a dit que les organisations mondiales peuvent « cumuler de minuscules efforts pour obtenir un grand impact » au-delà des frontières. Mais elle croit que les gens sont le plus efficaces lorsqu’ils servent là où ils vivent.

« Il y a des organisations mondiales, il y a des organisations communautaires, mais je ne voudrais pas sous-estimer le pouvoir même qu’ont les individus de créer des changements au niveau familial, et la dynamique de nos propres familles », a-t-elle expliqué. « Je pense que cela change le monde. »

« Nous ne sommes pas simplement informées de la situation des femmes dans le monde – chacune d’entre nous peut sortir de cette salle ce soir avec une idée ou deux sur quelque chose de précis qu’elle peut faire elle-même pour influencer une cause qui lui tient à cœur », a déclaré la dirigeante du volet humanitaire de l’Église.

Valerie Hudson a discuté des recherches qui démontrent l’oppression des femmes dans certaines parties du monde. « Ce que vous faites à vos femmes, vous le faites à votre État-nation. »

La professeure a souligné qu’il y a actuellement 19 nations qui ont une répartition sexuelle très anormale favorisant les hommes, ce qui veut dire qu’il y a plus d’hommes que de femmes dans ces pays.

Sœur Eubank a dit que les hommes et les femmes devraient travailler ensemble. « J’ai la conviction que c’est l’interdépendance entre les hommes et les femmes – particulièrement en ce qui a trait à la génération montante – qui crée le changement. »

La dirigeante de l’Église mondiale concède qu’il y a des circonstances, telles que la guerre ou un désastre, qui peuvent empêcher les gens de s’entraider.

« J’ai l’assurance que Dieu voit ces personnes », a déclaré Sœur Eubank. « Il entend leurs prières, et il y répond de manière sage et divine. Je me suis engagée à utiliser mon énergie et mon influence pour faire tout ce que je peux et puis m’en remettre à lui. »

Regarder la diffusion de l’événement ici.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.