Communiqué de presse

Les pères saints des derniers jours répondent avec foi aux défis de la COVID-19

Le père est un dirigeant, le plus important des dirigeants. « Cela a toujours été le cas et ce le sera toujours. […] Cela ne signifie pas que vous êtes plus digne ou mieux qualifié, mais c’est une question de loi et d’appel [divin] » (L. Tom Perry, « L’appel de père est éternel », conférence générale d’avril 2004).

 

Le concept d’une famille unie qui vit et progresse à tout jamais est au cœur de la doctrine de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. La famille : Déclaration au monde stipule : « Par décret divin, le père doit présider sa famille dans l’amour et la droiture, et a la responsabilité de pourvoir aux besoins vitaux et à la protection de sa famille. » Les pères dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours continuent à remplir ces obligations dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Theo Gibb, père de garçons jumeaux de Calgary, en Alberta, a été inspiré de faire des économies d’argent et des réserves de nourriture avant les fermetures, les pénuries et finalement la perte de son emploi. « Passer plus de temps à la maison a été merveilleux », dit-il. « J’ai eu plus de temps pour resserrer les liens avec mon épouse et mes enfants, ce que j’étais incapable de faire lorsque je travaillais à plein temps. » Il estime que ces liens plus étroits l’incitent à devenir le meilleur protecteur et soutien de famille qu’il puisse être.

Les saints des derniers jours croient que les hommes fidèles utilisent le pouvoir de la prêtrise (le pouvoir et l’autorité de Dieu) pour protéger leur foyer. L’ancien apôtre Elder Boyd K. Packer (1924-2015) a enseigné que : « Dans certains cas, tout ce qui restera comme bouclier entre [les] familles et la malice de l’adversaire sera ce pouvoir » (« Le pouvoir de la prêtrise », conférence générale d’avril 2010).

Lorsque les frontières internationales ont été fermées, le fils aîné de Marc, qui était en mission de prosélytisme à l’étranger, est retourné dans son foyer à Langley, en Colombie-Britannique. « Je pense qu’une partie intéressante de cette expérience de pandémie a été le ralentissement du rythme de vie. Juste avoir du temps pour être au foyer [maintenant que tous les enfants sont à la maison] est fantastique. Je me suis vraiment réjoui d’avoir plus de temps avec ma famille », a expliqué Officer.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours fonctionne grâce au ministère bénévole de ses membres, qui passent souvent entre cinq et trente heures par semaine à servir. Officer sert dans la présidence du pieu de sa région et participe habituellement à de nombreuses réunions de l’Église toutes les semaines. En mars, les rencontres en personne ont été suspendues à cause de la COVID-19. En dépit de tous les autres défis, Officer dit qu’il est heureux que la diminution des déplacements lui permette de passer plus de temps avec sa famille puisqu’il participe aux réunions de l’Église en ligne et travaille à partir de chez lui.

À Scarborough, en Ontario, Jaime Fernandez est séparé physiquement de ses deux filles aînées, qui vivent en Alberta. Cependant, il maintient sa relation avec elles par la technologie. Il a subi une perte d’emploi et des difficultés financières en raison de la COVID-19. Pourtant, en tant qu’évêque – une sorte de père – de sa paroisse (congrégation locale), il tend la main aux membres et aide ceux qui sont dans le besoin.

« Je vois comment notre Père céleste nous bénit – en faisant grandir mon témoignage et ma force spirituelle quand je me tourne vers lui en ces temps difficiles. […] [Cette expérience] me convainc que le président Russell M. Nelson est notre prophète et [qu’il] nous a préparés pour cette situation inévitable. Je suis vraiment reconnaissant de savoir que notre Père céleste contrôle tout. »

Kullervo Hynynen, président du pieu de Toronto en Ontario, ajoute : « Ces moments de pandémie représentent assurément un défi pour les pères. Cependant, notre Père céleste a donné aux pères toutes les ressources et le pouvoir nécessaires pour réussir. Si nous nous rapprochons de notre Père céleste, que nous reconnaissons sa main dans notre vie et que nous demeurons dignes de son Esprit, nous saurons comment guider et fortifier au mieux nos familles. Nous ressentirons de la paix et de la joie en dépit des épreuves, et nous serons en mesure d’aider nos familles à ressentir la même chose. »

Par Courtney Stringham

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.